“Le Tombeau de Dracula”

pour grand orchestre symphonique & chœur mixte

œuvre hors-catalogue
Cette œuvre ne fait pas partie du catalogue. Certaines œuvres de jeunesse ou marginales ne font pas partie du catalogue des œuvres d’Alexis Savelief. Elles ne figurent ici que pour des raisons d’exhaustivité.
dessin d’enfant d’un château mystérieux perché sur une colline, par fin d’après-midi ensoleillé
“Le Tombeau de Dracula”
pour grand orchestre symphonique & chœur mixte
AS #0a-2000/2003
Informations

Années de composition : 2000-2003 (rév. : 2006)

Durée : 20’

Nomenclature : 3 Fl. (1° aussi Pte Fl.) / 2 Htb. / C.A. / 2 Cl. / Cl. B. / 2 Sax. S. / 3 Bsn. (3° aussi Ctbn.) / 4 Cors / 3 Trp. / 3 Trb. (3° Trb. B) / Tuba Ctb. / Timb. / 6 Perc. / Hpe / Pno (aussi Synth.) / Cél. / Chœur (S.A.T.B.) / 16 Vl. I / 14 Vl. II / 12 A. / 10 Vlc. / 8 Ctb.

Écouter
Présentation

“Le Tombeau de Dracula” est une suite pour grand orchestre symphonique et chœur mixte, dont le principal intérêt est de mettre en évidence l’évolution du style d’Alexis Savelief dans ses jeunes années et les changements dans son langage musical entre 1999 et 2002.

L’ordre de composition est différent de l’ordre d’exécution et les pièces ont été d’abord écrites et créées indépendamment :

  • “La Mort de Dracula”, construit à partir de trois thèmes très simples, est la toute première œuvre d’Alexis Savelief, composée de novembre 1999 à avril 2000, et créée les 16 et 19 mai 2000 à Nanterre puis Gennevilliers par l’Orchestre Troisième Cycle de l’ENM de Gennevilliers placé sous la direction de Fabrice Parmentier. Une très courte « version d’essai Â» de 26 mesures avait déjà été donnée le 10 décembre 1999 lors d’un concert de musique contemporaine du conservatoire de Gennevilliers. Cette pièce doit être exécutée en deuxième position.
  • “Dracula” est la deuxième pièce d’Alexis Savelief, écrite de mai à décembre 2000, et créée le 26 janvier 2001 à Gennevilliers par l’Orchestre Troisième Cycle de l’ENM de Gennevilliers dirigé par Philippe Nahon. Cette partition est étonnamment contemporaine, étant donné l’âge d’Alexis à l’époque et le très court laps de temps la séparant de “La Mort de Dracula”. C’est dans cette pièce que l’on trouve les premiers rudiments du style musical d’Alexis, qui resteront et évolueront dans ses pièces ultérieures. Il s’agit du premier morceau de la suite.
  • “Finale”, dont l’écriture a pris deux ans, est comme son nom l’indique destinée à clore le cycle. L’orchestre se gonfle pour les besoins de cette pièce, auquel s’ajoute un chœur mixte, et le style redevient plus accessible que celui de “Dracula”. La Création a eu lieu les 28 mars et 3 avril 2003 à Argenteuil puis Gennevilliers, par l’Orchestre Troisième Cycle de l’ENM de Gennevilliers dirigé par Thierry Rose, avec le chœur Edgar-Varèse, la chorale Vittoria d’Argenteuil, et le chœur du lycée Renoir.

En 2006, Alexis Savelief révise ces trois pièces et les réunit en un cycle, “Le Tombeau de Dracula”, surmontant chacune d’une citation extraite du roman “Dracula” de Bram Stoker. À cette occasion, il harmonise la taille de l’orchestre (par exemple en réduisant les six cors de “Dracula” à quatre, mais ajoute du célesta et un chœur dans “La Mort de Dracula” et “Dracula”), et apporte quelques modifications plus ou moins légères à l’orchestration. Alexis insère aussi deux mesures dans “La Mort de Dracula”, et supprime des passages entiers de “Dracula” pour en écrire de nouveaux.

Voici les textes écrits à l’époque de composition, et faisant donc référence à la première version de ces pièces. Ces textes, maintenant datés, sont assez rébarbatifs !

I. Dracula
AS #0aB-2000
« Devant moi, se tenait un grand vieillard, rasé de frais, si l’on excepte
la longue moustache blanche, et vêtu de noir des pieds à la tête, complètement
de noir, sans la moindre tache de couleur nulle part. Â» — Bram Stoker, “Dracula”

Le morceau commence avec des trémolos de cordes, de la harpe, et des pizz. de violoncelles et contrebasses qui symbolisent les douze coups de minuit si on les compte, superposés avec un thème confié à la flûte. L’orchestre s’estompe, laissant place au violon solo, et au marimba, avant que n’entrent les violons, divisés sur la même note mais en trémolos ou jeu ord., avec des notes menaçantes (un intervalle de quarte augmenté) aux basses. Suit alors le cor anglais dans un thème étant une variation du premier, avant que tout l’orchestre en doublures n’énonce quatre notes agressives. La tension se met alors à monter rapidement jusqu’à un fouillis orchestral (« le plus vite possible Â»). Une agitation prend place, avec les basses et les cuivres se répondant, menaçants, avec des quartes augmentées (que les violons et altos jouent également, en trémolos d’harmoniques), le tout rehaussé par les percussions. Un élément étrange en triples croches prend place, évoquant pour Alexis les forêts de sapins de Transylvanie, et aussi un peu l’eau. L’élément suivant, avec les glissandos harmoniques et le picolo, est sensé représenter la capacité de Dracula de pouvoir se changer en brouillard. Après le choral de cuivres, un nouveau thème est confié au vibraphone et à la harpe, avec les cordes leur répondant. Puis Dracula apparaît (ces quelques mesures étaient composées dès janvier 2000), et après avoir soulagé sa soif, laisse une nouvelle fois place au choral de cuivres, cette fois-ci avec la sourdine. Suit un élément de transition, avant de revenir au thème énoncé peu avant, enchaînant avec le premier thème, accompagné par les cordes en trémolos d’harmoniques. Enfin, les cordes se livrent à des gettatos en col legno, qui représentent une invasion de criquets, dont Dracula sait prendre l’apparence, tandis que les bois varient le thème initial. Enfin, le morceau s’achève avec cinq mesures, « en se perdant Â»â€¦

En fait, Alexis avait composé ces cinq dernières mesures début janvier 2000 (ou fin décembre 1999), soit avant même l’orchestration de “La Mort de Dracula”, avant d’y revenir maintes fois pour aboutir à ce que l’on peut entendre. Alexis se souvient que l’orchestration de ces quelques mesures lui posait problème initialement, c’est pourquoi il les avait orchestrées avant tout le reste, juste avant l’élément des forêts de Transylvanie, c’est-à-dire en juin ou juillet 2000. La majorité du morceau a été écrite sous forme d’esquisses sur plusieurs portées, sans passer par le piano.

II. La Mort de Dracula
AS #0aA-2000
« Comme je le regardais, ses yeux aperçurent le soleil déclinant et son regard
haineux eut une lueur de triomphe. Mais, à la seconde même, surgit l’éclat du grand
couteau de Jonathan. Je jetai un cri en le voyant trancher la gorge. Et au même moment, le
coutelas de Mr. Morris pénétra en plein cœur. Â» — Bram Stoker, “Dracula”

La trompette débute le morceau (comme dans la “Cinquième Symphonie” de Malher ou les “Tableaux d’une Exposition” de Moussorgsky orchestrés par Ravel) avec le gong thaïlandais, faisant office de glas. Les cordes et le hautbois reprennent le thème, puis la trompette fini ce qu’elle avait entrepris, accompagnée cette fois-ci, non seulement du gong, mais aussi du cor. À partir de ce moment, l’orchestre s’étoffe peu à peu en une variation, jusqu’à la fin de la première section, achevée par des harmoniques aux cordes, en quarte pour les rendre plus froids. Le second thème est confié au cor anglais, accompagné par un orchestre très léger, puis soudainement, les cors, l’Enfer, avec le troisième thème en pizz. aux violons et altos. S’ensuit un élément de transition, assez froid au début, puis qui introduit au tutti reprenant le thème initial, bientôt divisé avec les violons et enchaînant avec des éléments très « musique de films américaine Â» aux cors. L’élément de transition reparaît, transposé, et l’orchestre devient moins dense — jeu de timbres, contrebasse en pizz., cor solo et bois — pour deux mesures avant qu’un mouvement de balancier ne s’instaure aux violons et altos. Le second thème émerge de nouveaux avec un trémolo grosse-caisse/tam-tam grave figurant les entrailles de la terre. Les cors reprennent la suite, avec la harpe, le xylophone, et des harmoniques au violoncelle solo faisant penser à un envol (de l’« Ã¢me Â» de Dracula ?), et enfin, la harpe émerge d’un coup de tam-tam grave, avec le thème précédent en variations, aux bois, et la grosse-caisse prolonge la résonance du tam-tam, la fin, l’apocalypse, tandis que les cordes exécutent des glissandos descendant, puis la trompette amène aux pizz. des pupitres de violoncelles et contrebasses surmontés de grosse-caisse, de tam-tam, de gong thaïlandais, et le morceau s’achève dans leur résonance.

III. Finale
AS #0aC-2003
« Pour la joie de ma vie entière, au moment de la dissolution suprême, une
expression de paix se répandit sur ce visage où, jamais, je n’aurai cru que pût
apparaître rien de tel. Â» — Bram Stoker, “Dracula”

Le morceau commence dans une ambiance très mystérieuse, avec les vents, et un peu de percussion, le tout dans le registre médium uniquement, plus avec des accords qu’avec une véritable mélodie. Les basses prennent le relais un court instant, puis l’élément initial refait son apparition. Les altos lui apportent alors une couleur un peu plus chaude. Peu à peu, des instruments se greffent, et un grand crescendo s’amorce, tandis que les cuivres commencent à dominer. Une incursion en majeur se fait alors, et tout l’orchestre s’agite, jusqu’à des cascades réparties à tout l’orchestre et fonctionnant par relais, du grave à l’aigu, et vice-versa. Un paroxysme atteint, le chœur entre avec le thème initial tandis que l’orchestre se désagrège assez brutalement. Une nappe de violons en trémolos dans l’aigu, vibraphone en trémolos, timbales en roulement pianissississimo, et altos et clarinettes se complétant s’installe sous le chœur. Peu à peu, l’orchestre s’étoffe de nouveau en même temps que l’atmosphère devient encore plus solennelle, et le thème se développe. Une incursion en majeur a de nouveau lieu, avec domination des cuivres. La tension instaurée retombe dans un motif aux couleurs sombres. Après un point d’orgue, la première section s’achève. Un thème beaucoup plus lointain et léger en do majeur est présenté aux cordes, puis le chœur (doublé par les clarinettes et les cloches) entre de nouveau, dans un contrechant quasi-diatonique, tandis que les cordes répètent leur thème en crescendo. Des vents entrent puis laissent pour la quatrième reprise la place à des contrechants de clarinettes, cor solo, et bassons. Une transformation en la b majeur a lieu, éclairée par un roulement de triangle. L’élément se transforme encore en mi b majeur, orchestré un peu « pompier Â», comme les grands tutti des musiques de films américaines. Suit un choral de cuivres, et un élément un peu « magique Â» et mystérieux, voire inquiétant de par les cors bouchés et la trompette avec sourdine sèche, formant un accord mineur avec septième majeure, réputé inquiétant (“Psychose”). À ce moment, le motif dominant est un dérivé du troisième thème de “La Mort de Dracula”. Le choral de cuivres reprend, avec le cor anglais, et aboutit à une transformation du susdit thème, plus triste que l’original (adapté à l’harmonie du “Finale” en fait, qui est plus proche de celle de “Dracula”), avec vibraphone, cloches, harpe, célesta, et une nappe constituée par le reste de l’orchestre, avant d’être confié aux vents avec une pédale de timbales. Un motif vaguement dérivé du motif de transition de “La Mort de Dracula” apparaît à la flûte, tandis que le thème précité se poursuit en pizz. aux violons, altos, harpe, jeu de timbres, clarinettes, et hautbois. Les violons I reprennent de nouveau le motif en doublant la flûte, et le saxophone soprano propose un contrechant, tandis que jeu de timbres, cloches, mark tree, harpe, célesta, flûte 1 et clarinettes proposent un élément plus « scintillant Â». Pendant ce temps, le chœur (doublé par cors et trompettes) rentre mystérieusement, mais en crescendo, avec une variation des accords du thème initial, et les basses commencent à s’agiter. Le thème principal reparaît, les basses étant plus énergiques qu’au début et, le majeur refait une incursion, rayonnant par les cuivres, les cloches et le jeu de timbres, la flûte, ainsi que les basses, qui « ouvrent Â» plus qu’à tout autre moment la mélodie : c’est le point culminant. Enfin, le dramatique reprend le dessus dans la musique, tandis que l’orchestre au grand complet chute vers la mineur, dans une orchestration un peu musique de films, et un peu deuxième mouvement de la “Cinquième Symphonie” de Malher. Enfin, tout l’orchestre joue un accord très dissonant (la - si - do - ré # - mi - fa - sol #) qui, répété trois fois, conclut le morceau fortississimo dans un climat très tendu.

Pour simplifier un peu l’analyse de la pièce, on peut résumer en observant que la pièce est divisée en deux grandes parties d’une durée équivalente de quatre minutes et demie environ chacune :

  • A (Mes. 1 à 33) : Exposition du thème à l’orchestre seul — durant toute la « montée de la sauce Â», il commence à s’imposer
  • A’ (Mes. 34 à 42) : Le chœur entre en reprise du thème
  • B (Mes. 43 à 66) : Développement du thème puis conclusion de la première partie
  • C (Mes. 67 à 70) : Exposition du deuxième thème en crescendo
  • C’ (Mes. 71 à 97) : Développement du deuxième thème
  • D (Mes. 98 à 114) : Peu à peu, le deuxième thème varié se superpose à un contrepoint constitué par une réminiscence du thème de “La Mort de Dracula”, puis se greffe encore le thème principal.
  • B’ (Mes. 115 à 129) : Le thème principal, varié, redevient prédominant, puis la pièce s’achève en écho (pourtant plus important que ce qui l’a engendré !) de la fin de la première partie.
Vous avez aimé cette œuvre ?
Découvrez maintenant “Nosferatu”, suite pour grand orchestre d’Alexis Savelief !